LE PROCESSUS DE VEILLE

Get Started. It's Free
or sign up with your email address
Rocket clouds
LE PROCESSUS DE VEILLE by Mind Map: LE PROCESSUS DE VEILLE

1. Diffusion des résultats

1.1. Publication Web 2.0

1.1.1. Page publique Netvibes

1.1.1.1. Exemple : Netvibes BLPM : http://www.netvibes.com/blpm#Philosophie

1.1.1.2. RESSOURCES EN LITTERATURE JEUNESSE

1.2. Les outils de curation

1.2.1. Définition (Wikipedia) : La curation de contenu (de l'anglais content curation ou data curation) est une pratique qui consiste à sélectionner, éditer et partager les contenus les plus pertinents du Web pour une requête ou un sujet donné. La curation est utilisée et revendiquée par des sites qui souhaitent donner une plus grande visibilité et une meilleure lisibilité à des contenus (textes, documents, images, vidéos, sons...) qu'ils jugent utiles aux internautes et dont le partage peut les aider ou les intéresser.

1.2.2. Scoop.it

1.2.2.1. Arts et FLE

1.2.3. Diigo

1.3. Outils de publication traditionnels : articles, thèses

1.3.1. Même si tous ces nouveaux outils sont séduisants et permettent d'échanger et de diffuser de l'information, les articles de revues restent les publications les plus importantes de la communication scientifique pour les chercheurs. Les chercheurs les utilisent à la fois pour suivre l'actualité de la recherche et diffuser leurs travaux

1.3.2. Les articles des revues scientifiques sont évalués par un comité de lecture qui propose généralement des modifications avant publication puis diffusion. Ils sont donc reconnus par une communauté de pairs. De plus l'ensemble des articles d'un chercheur contribuent à son évaluation globale et à celle de son laboratoire et de son institution. La publication d'articles représente donc un enjeu vital pour les chercheurs et leurs laboratoires.

1.3.3. L'ouvrage "Stratégies de publication scientifique publiée aux éditions Quae propose une méthodologie qu'un chercheur doit suivre pour diffuser ces travaux

2. Littérature

2.1. Cerner le domaine

2.1.1. Le sujet de la recherche/veille

2.1.1.1. Mots clés

2.1.1.2. Equations de recherche

2.1.2. Auteurs du domaine

2.1.2.1. "Anciens" : commentaires, études, colloques...

2.1.2.2. Contemporains : publications

3. Réception de sa veille : collecter les informations

3.1. par flux : syndication de contenus

3.1.1. Flux RSS

3.1.1.1. Un fil RSS (Really simple syndication) est un flux d'information en provenance d'un site Internet possédant cette fonction.

3.1.1.2. Il inclut les titres des articles, des résumés et des liens vers les articles intégraux que l'on pourra éventuellement consulter en ligne.

3.1.1.3. Tous les sites d'actualités proposent des fils RSS mais aussi certaines bases de données comme FRANCIS ou des moteurs comme ISIDORE permettant ainsi de faire de la veille automatisée sur une requête !

3.1.2. Agrégateurs

3.1.2.1. Netvibes

3.1.2.2. Feedly

3.1.2.3. Inoreader

3.2. Suivre un auteur/chercheur

3.2.1. Créer une alerte sur Cairn.info

3.2.2. Créer une alerte sur Isidore

3.2.3. Créer une alerte Google Scholar

3.3. Suivre une revue

3.3.1. Créer une alerte sur Cairn.info

3.4. Suivre un requête

3.4.1. Créer une alerte dans Archipel

3.4.2. Créer une alerte sur Isidore

3.4.3. Créer une alerte sur Ebsco host

3.4.4. Créer une alerte Google Scholar

3.5. Prise de notes

3.5.1. Evernote

3.5.1.1. Utilisation pour les étudiants

3.5.2. Mindmeister

4. Identification et recherche des sources

4.1. Choisir les sites/bases de données sur lesquels effectuer une veille

4.1.1. Veille sur les ouvrages/articles/thèses disponibles dans le réseau universitaire Toulousain (bibliothèques ou abonnement en ligne)

4.1.1.1. Archipel

4.1.1.1.1. n

4.1.1.2. Plate-formes scientifiques

4.1.1.2.1. Ebsco host

4.1.1.2.2. Pascal-Francis

4.1.1.2.3. WorldwideScience

4.1.2. Google scholar

4.1.2.1. Objectifs

4.1.2.2. - « Google’s mission is to organize the world’s information » - Offrir une diversité d’outils et devenir la 1ère porte d’accès vers l’information - Construire de nouveaux marchés sur l’exploitation de nouvelles sources d’informations (ici la littérature scientifique) - Se positionne en rival par rapport aux offres commerciales de BDD

4.1.2.3. Principes

4.1.2.3.1. La recherche se fait en langage naturel : attention à la langue,aux synonymes, utiliser des termes scientifiques

4.1.2.3.2. La recherche simple permet de combiner des mots-clés avec différents opérateurs

4.1.2.4. Par rapport aux autres bases, Google Scholar cherche dans le texte intégral et pas seulement dans les métadonnées (auteurs, titres, résumés…)

4.1.2.5. - Augmente la visibilité de la littérature scientifique sur le web - Facilite l’accès au texte intégral des publications - Offre une démocratisation de l’usage bibliométrique permettant aux chercheurs de suivre l’impact scientifique de leurs publications

4.1.2.6. Limites

4.1.2.6.1. Opacité de l’algorithme et des technologies utilisées: Que définit-il par « scholary » ?

4.1.2.6.2. Google scholar ne donne : - aucune liste de ses sources, - ni d’informations sur le type de documents traités, - ni sur la période couverte et le volume disponible

4.1.2.7. Guide des ALERTES de GS

4.1.3. Veille sur les autres publications scientifiques accessibles en ligne

4.1.3.1. Moteurs de recherche scientifiques généralistes

4.1.3.1.1. Microsoft Académic search

4.1.3.2. Moteurs de recherche multidisciplinaires / ressources en open access

4.1.3.2.1. BASE SEARCH

4.1.3.2.2. DOAJ

4.1.3.2.3. OAISTER

4.1.3.3. Moteurs de recherche spécialisés

4.1.3.3.1. Isidore

4.1.3.4. Réseau social

4.1.3.4.1. Academia

5. Analyse des résultats

5.1. Traitement, tri de l'information

5.1.1. Rédaction de synthèses, fiche de lecture